John Gilmore

Une histoire du jazz à Montréal

John Gilmore


Préface de Gilles Archambault

Parution : 04/06/2009
ISBN : 978-2-89596-056-0
416 pages

Parution en Amérique du Nord: 4 juillet 2009

39.95 $

Pendant près d’un demi-siècle (1920–1970), Montréal a été un centre névralgique du jazz en Amérique du Nord. Le légendaire nightlife de la ville et l’abondance de travail qu’il offrait attiraient des musiciens de tout le continent. Dans ce livre, John Gilmore décrit l’effervescence culturelle de cette époque. Il nous transporte à Montréal, après la tombée de la nuit, dans les lieux mythiques aujourd’hui presque tous disparus où ont vécu et joué les Myron Sutton, Johnny Holmes, Oscar Peterson, Louis Metcalf, Steep Wade, Maury Kaye et René Thomas.

Dans cette contribution fondamentale à l’histoire du jazz, on découvre que les Noirs américains venus s’établir à Montréal au début du XXe siècle ont largement contribué à la culture populaire nord-américaine. Gilmore souligne qu’au-delà des réalisations individuelles des musiciens, la production du jazz a été profondément influencée par des facteurs politiques, sociaux et économiques : la prohibition et la ségrégation raciale aux États-Unis, l’essor économique – notamment du secteur ferroviaire – de Montréal puis la Grande Dépression des années 1930, la Seconde Guerre mondiale, le « nettoyage » de la ville et la renaissance de la « moralité civique » des années 1950 et, enfin, l’émergence de l’indépendantisme québécois.

Le livre de John Gilmore est une référence essentielle dans l’étude de l’histoire du jazz au Canada. C’est un livre riche et sérieux et il mériterait d’être reconnu tant pour son contenu que pour l’exemple qu’il donne de la manière dont sont liées l’histoire sociale et l’histoire musicale. Mark Miller, critique de jazz au Globe and Mail de 1978 à 2005 et auteur de plusieurs livres sur le jazz.