Livre La crise de l’humanisme

La crise de l’humanisme Écrits politiques, volume III (1982-2005)

  • Textes réunis et présentés par Ivan Carel
Lire un extrait

ISBN : 9782895961161

Collection : Mémoire des Amériques

284 pages

Parution en Amérique du Nord : 3 février 2011

Qté. :Quantité 1
Effacer

Au début des années 1980, les idéologies globales de contestation et de changement du monde ont du plomb dans l’aile, au Québec comme ailleurs. La crise économique entraîne dans son sillage d’autres crises : celle de l’État providence, du militantisme, de la jeunesse, de la cause nationale, du marxisme… et ce qu’on a appelé un certain silence des intellectuels.

Personnage clé du mouvement révolutionnaire québécois, du FLQ au marxisme-léninisme des années 1970, Charles Gagnon refuse de se taire malgré la mise en veilleuse des utopies qu’il a contribué à forger. Critique attentif, il continue à décrire, de sa plume alerte, les évolutions de notre société, des référendums aux partis politiques de gauche, de « McGill français » à l’anniversaire d’Octobre 1970… Mais surtout, c’est le fondement même de nos sociétés qu’il interroge : l’humanisme issu des Lumières, dont la défense est au cœur des mouvements de contestation des années 1960-1970.

« Comment fait-on un livre d’une expérience chrétienne d’enfant, d’étudiant des humanités, de militant terroriste puis marxiste-léniniste ? Il n’est interdit à personne de réfléchir, pas même à un terroriste ni à un maoïste… quoi qu’en pensent les bien-pensants de ma génération. […] Derrière la politique aussi bien que l’étude, il y a des préoccupations. Réduites dans certains cas à une ou deux questions. Ce sont ces questions que j’ai traînées toute ma vie […]. »

Actualité du livre

  • Charles Gagnon, un film d’André Melançon (1970) Publié le 26 août 2016, dans Tribune

    À la parution de La crise de l’humanisme de Charles Gagnon chez Lux, André Melançon nous avait fait l’honneur de venir présenter ce documentaire, qu’il a tourné en 1970. Partager la publication « Charles Gagnon, un film d’André Melançon (1970) » FacebookTwitter