C’était demain : nous utilisons encore le parapluie

Publié le 1 avril 2007, dans Revue de presse

Le 26 mars dernier, les électeurs du Québec ont élus un gouvernement libéral minoritaire, avec une opposition adéquiste…

Il y a 120 ans, un journaliste de Boston publiait un des premiers romans d’anticipation, intitulé Looking Backward, 2000 to 1887, dans lequel la société américaine de l’an 2000 a tout naturellement abandonnée le capitalisme pour construire un monde égalitaire où chaque homme est égal en droit, en devoir mais aussi en propriété. Écrit à l’heure où les combats pour la syndicalisation faisaient rage aux États-Unis, Looking Backward est avant tout un document historique très intéressant pour s’informer sur les aspirations de nos ancêtres. Dire qu’à l’époque, un parti politique prônant la construction de cette utopie avait récolté un million de voix aux élections américaine de 1892 !

Le récit devient particulièrement troublant lorsque le personnage principal, un homme du XIXième siècle « mystérieusement transporté » (sic) dans le XXième, décrit les injustices de son époque révolue. On croirait qu’il parle d’aujourd’hui.

Une des comparaisons qui aide le mieux à comprendre la différence entre ce XXième siècle de Bellamy et le nôtre, est celle où l’on oppose la conception d’un immense parapluie qui couvre toute la population à l’extérieur lorsqu’il pleut, aux multiples parapluies qui s’ouvraient en même temps lors d’un orage au XIXième siècle…

120 ans plus tard, nous éclaboussons toujours les autres avec nos parapluies, mais Normand Baillargeon a tout de même décidé d’éditer ce superbe document en français, aux éditions Lux. Un must.

Gautier Langevin
Lecteurs.ca, avril 2007