Charles Jacquier, novembre 2005

Publié le 1 novembre 2005, dans Revue de presse

George Orwell (1903-1950) est l’auteur mondialement connu de deux classiques de la littérature du XX^e^ siècle, _La Ferme des animaux_ et _1984_. Pourtant, malgré la traduction française des indispensables _Essais, articles, lettres_ (4 volumes, Ivrea/Encyclopédie des nuisances), la critique dominante se refuse toujours à considérer l’importance de la valeur de l’œuvre théorique d’Orwell. Tout ouvrage y contribuant est donc le bienvenu. Celui de Louis Gill s’attache à l’expérience espagnole d’Orwell et à ses conséquences. Au plus près de ses écrits, il met en évidence comment sa participation de combattant en Espagne et la découverte, au péril de sa vie, de la terreur stalinienne qui s’y joue sont à l’origine de ses deux plus célèbres romans écrits après la Deuxième Guerre mondiale. D’un même mouvement, Orwell rejette le totalitarisme en même temps qu’il affirme son adhésion à un socialisme ouvrier et démocratique, faisant de _1984_ non un roman prophétique, mais une mise en garde contre des évolutions qui menacent l’humanité. Si leurs formes ont sans doute changé, l’avertissement reste toujours valable face à une mondialisation qui compromet l’avenir même de l’humanité.

Charles Jacquier
novembre 2005