Contretemps, «lectures», 10 février 2012

Publié le 10 février 2012, dans Revue de presse

Recension de George Orwell, de la guerre civile espagnole à 1984
Pierre Hodel

Parler de George Orwell, de son œuvre, et rappeler qu’il fut également partie prenante de la guerre d’Espagne en s’engageant dans les milices du POUM (Parti Ouvrier d’Unification Marxiste) n’est pas chose nouvelle. Mais la force du livre de Louis Gill, c’est la clarté avec laquelle il expose sa thèse centrale : Georges Orwell s’est inspiré directement de son expérience pendant la guerre d’Espagne pour écrire La Ferme des Animaux et 1984. Le vocabulaire même de ses livres, les concepts qu’ils développent et leurs intrigues reproduisant l’opposition entre Trotsky et Staline, doivent tout à l’expérience d’Orwell en Espagne.

L’ouvrage est découpé en deux parties. La première offre une synthèse particulièrement efficace et stimulante du conflit espagnol. Décrivant la situation de l’Espagne depuis sa tardive et limitée révolution industrielle, jusqu’à la fin de la guerre civile en 1939, elle sait surtout éclairer par les faits la réalité de la guerre menée à l’intérieur du camp républicain.

La guerre civile fut en effet avant tout une révolution. Gill rappelle l’importance de celle-ci dans le contexte mondial de l’époque. Elle suscita une peur dans la bourgeoisie européenne mais aussi chez Staline et la bureaucratie soviétique, expliquant l’implication de l’URSS. Trop souvent présentée comme le conflit avant-coureur de l’affrontement entre démocratie et fascisme, c’est-à-dire comme une pré-édition en miniature de la Seconde guerre mondiale, la guerre d’Espagne fut avant tout un conflit de classe, un conflit politique.

lire la suite