Entretien avec Francis Dupuis-Déri, spécialiste des black blocs

Publié le 22 mai 2016, dans Revue de presse Entretien avec Francis Dupuis-Déri, spécialiste des black blocs

Interview de Francis Dupuis-Déri, auteur des Black blocs, pour Le Grand Bestiaire.

« Francis Dupuis-Déri est l’auteur de Les Black Blocs – La liberté et l’égalité se manifestent. Il est également professeur de science politique à l’Université du Québec à Montréal et il est reconnu comme spécialiste des idées politiques et des mouve­ments sociaux.

Francis a étudié le Black Bloc, directement sur le terrain et a eu l’occasion de s’entretenir avec des militants pour en tirer une réflexion éthique et politique.

LGB : Certains étudiants voient dans le Black Bloc une sorte de protection dans les manifestations est-ce l’un de leur buts ?

FDD : La tactique du Black Bloc a effectivement été utilisée de manière défensive, pour protéger des foules contre la violence de la police, en plusieurs occasions, par exemple lors d’un sommet du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale à Washington D.C. en 2000, lors d’une manifestation contre les Jeux olympiques à Vancouver en 2010 (manifestation principalement autochtone), et lors de manifestations de syndicats d’enseignantes et d’enseignants au Brésil en 2013.

Lors de la grève étudiante de 2012 au Québec, il y a eu de très nombreux témoignages de manifestantes et manifestants disants en substance : “Au départ, je n’aimais pas le Black Bloc, mais en manif, c’est le Black Bloc qui m’a aidé quand la police m’a matraqué ou m’a poivré, en me transportant au loin, en me prodiguant les premiers soins. Maintenant, je remercie les Black Blocs et je considère qu’ils sont mes meilleurs alliés dans la rue.”

On pourrait rétorquer qu’un bon service d’ordre devrait protéger une manifestation de la police. Mais contrairement à un service d’ordre, le Black Bloc a l’avantage de ne pas chercher à discipliner de manière autoritaire la manifestation elle-même, alors que les services d’ordre, aux ordres des “organisateurs”, se révèlent souvent être des supplétifs de la police. »

Interview avec Lion Sot!, Le Grand Bestiaire, 22 mai 2016.

Lisez la suite ici.