Guyotat, continuité

Publié le 15 octobre 2018, dans Revue de presse

La radicalité esthétique et idéologique de Pierre Guyotat lui avait valu, dès Tombeau pour cinq cent mille soldats et Eden, Eden, Eden, et plus encore à partir de Prostitution (Gallimard, 1967, 1970, 1975), une aura sulfureuse. Mais la récente série autobiographique, de Coma (Mercure de France, 2006) à Idiotie (Grasset, 2018), a paru tirer un trait sur cet effacement des frontières entre littérature et pornographie, comme sur ce bouleversement de la langue française, en revenant à un genre et un style normatifs. Julien Lefort-Favreau montre qu’existe en réalité une profonde continuité entre la période expérimentale et la quête de soi: une même exploration de la violence historique, de la domination sociale et de ce que refoule la langue française s’y poursuit, opiniâtre.

Jean-Louis Jeannelle, Le Monde, 15 octobre 2018