Le Canada français, 9 janvier 2008

Publié le 9 janvier 2008, dans Revue de presse

Le deuxième volume des Examens volontaires est encore plus imposant et impressionnant que le précédent. Comme le précisent les auteurs, « l’insurrection de 1838–1839 en est vraiment une dans tous les sens du terme. Elle est préparée aux États-Unis et au Canada dans la perspective du soutien des Américains qui, cependant, ne s’est jamais concrétisé ». Bref, si les événements attendus étaient survenus, c’eut été l’indépendance nationale et on n’en reparlerait plus. Cela n’advint pas, mais il ne faut pas surtout pas oublier ceux qui y ont cru et ces « examens volontaires » alimentent notre mémoire. Cela a autant d’importance parce que plusieurs sont originaires de notre région et que leurs descendants sont des nôtres. Une lecture qui nous plonge dans l’ailleurs de notre passé.

Jean-François Crépeau, Le Canada français, 9 janvier 2008