La leçon de Chomsky

Publié le 8 décembre 2016, dans Revue de presse La leçon de Chomsky

Il y a deux Noam Chomsky. D’un côté, la mamamouchi de l’anti-impérialisme, le pourfendeur de tous les capitalismes, le contempteur de la propagande médiatique. De l’autre, le savant qui a révolutionné la linguistique et inventé une science, grâce à une intuition séminale qu’il a eue alors qu’il était encore étudiant, dans les années 1950. En gros, le langage est un organe tout bête, comme un foie ou un œil. Ce qu’il produit (nos idées, donc) est déterminé. Dans ces cours donnés à l’université Columbia, il fait le pont entre son travail de linguiste et son œuvre militante. Vers quelle forme d’organisation politique la structure même de notre langage nous mène-t-elle ? Si l’instrument qui fait de nous des humains est limité, que nous est-il permis d’espérer ? Après un résumé de ses vues sur la linguistique, il conclut par un plaidoyer pour ce qu’il nomme un « socialisme libertaire », qui rendrait justice à la fois aux dimensions collaborative et créatrice, donc individuelle, de notre langage.

David Caviglioni, L’Obs, no 2718, semaine du 8 décembre 2016