L’égalité des idiots – à propos du nouveau livre de Pierre Guyotat

Publié le 8 novembre 2018, dans Tribune
En 1970, Pierre Guyotat a raté d’une voix le Médicis pour son livre alors interdit Eden, Eden, Eden. Hier, il vient de remporter ce prix pour Idiotie, l’occasion de revenir sur la cohérence esthétique et politique d’une œuvre qui sexualise autant qu’elle mémorialise les enjeux historiques.

Bertrand Leclair a récemment signé dans AOC une critique éclairante d’Idiotie de Pierre Guyotat. Il concluait sur ces mots : « Le dire de l’idiot n’en continue pas moins d’exister, et d’agir en vérité : voilà bien ce dont Idiotie témoigne avec une force désormais sereine, admirable de l’être. » La vérité du dire de l’idiot, juste façon d’évoquer la singularité de ce récit de Guyotat qui semble nécessaire pour se départir de quelques malentendus tenaces sur son travail.

Le premier malentendu, souvent réitéré, par la critique concerne la langue. Au milieu des années 2000, Guyotat a entamé un cycle autobiographique dont les traits stylistiques diffèrent de son œuvre de fiction. Celui-ci sépare les textes « en langue » de ceux « en langue […]

Lisez la suite ici.

Julien Lefort-Favreau, AOC [Analyse Opinion Critique], 8 novembre 2018.