Le lien social effiloché, par Robert Maggiori dans Libération

Publié le 11 novembre 2015, dans Revue de presse

Le philosophe Franck Fischbach défend la revalorisation du travail par le biais d’une coopération plus respectueuse de l’humain.

La démocratie n’est pas seulement un régime ou une forme de gouvernement. L’Américain John Dewey – dont le «retour» dans la conversation philosophique d’aujourd’hui est de plus en plus marqué – dit qu’elle est «d’abord un mode de vie associée, d’expériences communes et communiquées». Définition incomplète, car, telle quelle, elle pourrait aussi bien s’appliquer à une mafia, une bande organisée de voleurs ou à une classe sociale, «notamment l’overclass capitaliste actuelle et ses représentants».

A ceci près que cette dernière ne subsiste qu’en «se coupant du reste de la société», et que les associations de malfaiteurs, elles, sont situées très bas «dans l’échelle de la socialité», parce qu’elles fonctionnent mieux si elles s’isolent de la société, voire prolifèrent et prospèrent d’autant plus que la vie sociale qui les entoure est de «faible intensité», pauvre en connexions, désagrégée. Dans les deux cas, manque le social. Aussi, pour définir la démocratie, faut-il ajouter un autre critère: l’«élargissement du champ des activités partagées», soit l’«intensification de la vie sociale elle-même», la multiplication et la richesse des liens entre individus, venant du développement des «puissances de la coopération».

Lire tout l’article ici.

Robert Maggiori, Libération, 11 novembre 2015.