Ode à la résilience portoricaine

Publié le 27 mars 2019, dans Revue de presse Ode à la résilience portoricaine

Naomi Klein met en lumière les phénomènes d’auto-organisation solidaire qui ont émergé après le passage de l’ouragan Maria.

En septembre 2017, l’ouragan Maria ravageait Porto Rico. Le premier bilan officiel, dénombrant 64 morts, a été largement sous-estimé puisqu’il est monté à près de 3 000 personnes un an après. En cause, l’après-tempête et sa gestion désastreuse par l’administration Trump : l’eau, l’électricité, le téléphone et les routes sont restés coupés durant de longs mois, isolant davantage encore les habitants rescapés et empêchant l’accès aux soins. Donald Trump jetant des rouleaux d’essuie-tout aux survivants tout en alléguant que l’aide financière aux Portoricains a « chamboulé » le budget américain n’est que la face visible de la relation entre l’île des Caraïbes et les États-Unis.

Six mois après, la journaliste canadienne Naomi Klein s’est rendue pour le journal The Intercept sur ce territoire toujours ankylosé. Dans cette version longue de son reportage-enquête, elle poursuit avec vigueur son décryptage de la « stratégie du choc », phénomène expliqué dans son livre éponyme publié il y a plus de dix ans : comment le « capitalisme du désastre » se construit sur l’état de choc lié aux guerres ou, cette fois-ci, à une catastrophe dite naturelle. C’est donc une histoire de la vulnérabilité et de la résistance par la base aux chocs en cascade, sur ce bout de terre ultra-dépendant du carcan américain pour le carburant, les denrées et l’énergie, et subissant les vagues d’austérité incessantes et une relation coloniale qui ne s’est jamais tarie.

Lisez la suite ici.

Vanina Delmas, Politis, 27 mars 2019

Photo : Manifestation à Washington en soutien à Porto Rico, le 19 novembre 2017. Crédit : W.G. DUNLOP/AFP