Pour l’abolition d’un système pénal inégalitaire

Publié le 7 janvier 2020, dans Revue de presse

« Je suis féministe et abolitionniste ». Sur le plateau de « 7 milliards de voisins », Emmanuelle Bastide recevait Gwenola Ricordeau, professeur assistante en justice criminelle à la California State University à Chico. Elle est l’auteur de « Pour elles toutes » aux éditions Lux.
Il n’y a jamais eu autant de monde dans les prisons françaises. Ils sont près de 72 000, pour seulement 61 000 places opérationnelles. Pour la plupart ils sont en maison d’arrêt, c’est à dire pour des courtes peines (de moins de deux ans) ou pour des détentions préventives, en attente d’un jugement. Mais derrière ces vies entre les barreaux, il y a des centaines de milliers de familles et de proches qui vivent, eux aussi, l’incarcération à leur manière. Femmes, enfants, parents attendent à l’extérieur et racontent, imaginent, vivent la prison de l’extérieur.

Avec : Gwenola Ricordeau, professeure assistante en justice criminelle à la California State University, Chico. Auteure de Pour elles toutes (Éditions Lux).

Emmauel Bastide, RFI, 7 janvier 2020.

Visionnez l’entretien ici.