Programme de l’automne 2016 chez Lux éditeur

Publié le 11 août 2016, dans Nouvelles

La saison de l’automne 2016 de Lux Éditeur sera marquée par la publication d’enquêtes journalistiques captivantes et d’essais incisifs sur des sujets chauds : l’économie du partage (Uber, Airbnb, etc.), le revenu de citoyenneté, la montée du populisme en Amérique et en Europe, les Autochtones. Les habitués de la maison seront heureux de retrouver leurs auteurs préférés, Emmanuelle Walter, Francis Dupuis-Déri, Pierre-Luc Brisson et Chris Hedges.

Voici le détail de ce programme :

 

Août et septembre

1/ Andrew Feenberg, Philosophie de la praxis, Marx, Lukács et l’École de Francfort.

En librairie le 25 août.

Le jeune Marx appelait à une « réalisation de la philosophie » par la révolution. Ce livre retrace l’évolution de cette proposition dans les écrits de Marx, Lukács, Adorno et Marcuse.

« Ce livre offre un nouveau cadre pour étudier l’histoire de la théorie marxiste et réaffirme le rôle central de Marcuse. » – Fredric Jameson

Auteur de Pour une théorie critique de la technique (Lux), Andrew Feenberg est titulaire de la Chaire de recherche canadienne en philosophie de la technique à l’Université Simon Fraser (Vancouver). Il est également directeur de programme au Collège international de philosophie à Paris.

 

2/ Tom Slee, Ce qui est à toi est à moi. Contre Airbnb, Uber et autres avatars de l’économie du « partage ».

En librairie le 1er septembre

On ne cesse d’entendre leurs noms. Uber, Airbnb, Lyft et tant d’autres jeunes pousses devenues grandes seraient en passe de redéfinir le capitalisme.

Tom Slee offre ici une synthèse lucide et documentée des enjeux liés à ce qu’on appelle l’économie du partage ou collaborative. Tranchant comme un rasoir, Ce qui est à toi est à moi montre que, parce que ce modèle offre à quelques-uns la possibilité de gagner des fortunes aux dépens des collectivités, il n’est rien de moins que délétère sur les plans social, urbain et économique.

Tom Slee est l’auteur d’essais sur les technologies, la politique, et l’économie. Il est le principal critique de l’économie du partage. Docteur en chimie, il a longtemps travaillé dans l’industrie des logiciels. Il vit à Waterloo, au Canada.

 

3/ Atossa Araxia Abrahamian, Citoyennetés à vendre. Enquête sur le marché mondial des passeports

En librairie le 1er septembre

Une enquête qui tombe à point pour faire la lumière sur ce qu’est devenue l’idée de nationalité depuis que celle-ci peut être achetée, vendue, confisquée.

Ce reportage montre ce qu’est devenue l’idée de citoyenneté à l’ère des gigantesques mouvements de population et de la privatisation des États. D’un côté, les ultra-riches ont accaparé le titre de « citoyens du monde » et sont les seuls à jouir, avec leurs capitaux, d’une planète sans frontières ; de l’autre, des nationalités bradées, comme dans l’invraisemblable transaction conclue entre l’une des nations les plus pauvres du monde, les Comores, et les Émirats arabes unis qui, pour régulariser la situation des apatrides sur leur territoire, ont acheté au prix de gros des dizaines de milliers de passeports comoriens.

Une captivante enquête sur les cosmopolites, volontaires ou malgré eux.

Journaliste indépendante, Atossa Araxia Abrahamian a notamment été éditorialiste pour Al-Jazeera America. Elle contribue au New York Times et à la London Review of Books. Suisse, iranienne et canadienne, elle habite aujourd’hui à New York.

 

4/ Francis Dupuis-Déri, La peur du peuple. Agoraphobie et agoraphilie politiques

En librairie le 8 septembre

Comment le peuple passe-t-il de l’agora à la rue, de la délibération à l’insurrection ?

Dans ce nouvel essai, Francis Dupuis-Déri propose une réflexion inédite. Il illustre la lutte entre l’agoraphobie et l’agoraphilie en politique, soit entre la haine et l’amour de la démocratie directe. Un essai qui fait écho, une fois de plus, aux questions que soulèvent les événements comme Nuit debout pour penser à la fonction politique du peuple.

Francis Dupuis-Déri est professeur de science politique à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Spécialiste des idées politiques et des mouvements sociaux, il est l’auteur de nombreux ouvrages dont Démocratie. Histoire politique d’un mot, livre qui devient petit à petit un classique des sciences politiques et de l’histoire de l’émergence des démocraties modernes.

 

Octobre

1/ Jim Stanford, Petit cours d’autodéfense en économie. L’abc du capitalisme. Édition revue et augmentée

En librairie le 6 octobre

Mystérieuse et confuse, l’économie est trop souvent mise hors de la portée du citoyen ordinaire, qui n’en paie pas moins les frais de ses crises. Seuls les experts semblent autorisés à répondre à des questions dont dépend pourtant l’avenir de tous. Le Petit cours d’autodéfense en économie de Jim Stanford arrive à point nommé pour rompre ce déséquilibre. Par l’analyse critique de situations concrètes, auxquelles s’ajoutent des synthèses éclairées par des schémas récapitulatifs, ce livre démystifie avec soin les rouages du capitalisme, montrant que tous peuvent le comprendre.

Cette nouvelle édition est une refonte quasi complète de l’édition originale, on y trouve une analyse de la crise la Grèce, des effets de la crise de 2008 et des enjeux d’actualités.

Jim Stanford est un économiste canadien réputé. Diplômé de Cambridge et de la New School for Social Research de New York, longtemps économiste du syndicat des Travailleurs canadiens de l’automobile (TCA), analystes dans de nombreux médias canadiens, il est actuallement directeur et économiste au Centre for Future Work en Australie.

 

2/ Mateo Alaluf et Daniel Zamora (dir.), Contre l’allocation universelle

En librairie le 6 octobre

L’idée d’une allocation universelle suscite, depuis le début de la crise de 2008, un engouement renouvelé. Le projet trouve des appuis à gauche comme à droite, en Europe comme en Amérique, et de l’avis de bien des spécialistes, il pourrait être le fondement d’une réinvention des politiques sociales. Au Québec, même le très conservateur gouvernement de Philippe Couillard a proposé l’idée d’un revenu garanti pour tous. Mais que peut signifier un tel consensus ?

Selon les auteurs de cet essai, qui sont économistes, sociologues et politologues, l’allocation universelle est en fait l’expression la plus aboutie de l’utopie du libre marché. Sous couvert d’une bienveillante redistribution de la richesse, cette idée cherche ainsi à laisser le long du chemin ce qui a été l’enjeu politique central des 150 dernières années : le conflit entre le capital et le travail. Chacun des textes composant ce livre œuvrent au rappel de l’importance décisive de cette question, pour justifier qu’il faille impérativement être contre l’allocation universelle.

Avec la collaboration de Mateo Alaluf, Seth Ackerman, Jean-Marie Harribey, Daniel Zamora.

 

3/ Pierre-Luc Brisson, L’âge des démagogues. Entretiens avec Chris Hedges

En librairie le 6 octobre

Obama, Trump, Clinton, la violence raciste, la pauvreté rampante, la guerre perpétuelle : un portrait bref et saisissant d’une Amérique qui a perdu la tête.

Dans ces entretiens, Chris Hedges explique les différents symptômes de la démence qui s’est emparée des États-Unis et qui a mené à l’ascension politique d’un personnage aussi fou et dangereux que Donald Trump. Il n’en est pas moins critique des Démocrates qu’il juge responsables de la déréliction politique qui affecte son pays. Une critique acerbe et sans la moindre complaisance.

Récipiendaire d’un prix Pulitzer, Chris Hedges fut correspondant de guerre pour le New York Times pendant 15 ans.  Il est l’auteur de L’empire de l’illusion, La mort de l’élite progressiste et de Jours de destruction, jours de révolte, illustré par Joe Sacco.

Pierre-Luc Brisson est diplômé en histoire ancienne. Collaborateur régulier à l’émission Plus on est de fous, plus on lit! sur les ondes d’Ici Radio-Canada Première, il est également l’auteur de quelques essais, dont Après le printemps et Le cimetière des humanités (Poètes de brousse).

 

Novembre

1/ Ludovic Lamant, Squatter le pouvoir. Les mairies rebelles d’Espagne

En librairie le 6 octobre

Certains de celles et ceux qui se sont fait arrêter en 2011 pour avoir troublé l’ordre public siègent désormais aux mairies de grandes villes d’Espagne. Comment s’est fait cette prise du pouvoir et quels en sont les fruits ?

Depuis 2009, Ludovic Lamant suit la politique espagnole pour Médiapart et a rencontré plusieurs des femmes et hommes des marées citoyennes qui ont déferlé sur la péninsule ibérique. Alternant témoignages, reportage et analyse politique, il remonte aux origines politiques, historiques et sociales du phénomène et en propose un premier bilan.

Après avoir travaillé pour l’agence Reuters, où il a couvert l’économie internationale, Ludovic Lamant couvre aujourd’hui, depuis Bruxelles, le feuilleton de la crise européenne pour Mediapart. Il s’intéresse tout particulièrement au cas espagnol et islandais. En 2011, il a publié le guide de l’état du monde sur l’Argentine (La Découverte, 2011).


2/ Emmanuelle Walter, Le centre du monde

En librairie le 10 novembre

La journaliste Emmanuelle Walter, auteure de Sœurs volées. Enquête sur un féminicide au Canada, a arpenté le territoire d’Eeyou Istchee Baie-James avec Romeo Saganash. Avec ce livre, Emmanuelle Walter partage avec nous l’accès privilégié qu’elle a eu à l’homme politique, avocat et négociateur cri, artisan de la Paix des braves, rescapé des pensionnats. Mais surtout, l’auteure nous fait découvrir un vaste territoire du Québec, avec ses lieux et ses personnages invraisemblables, ses blessures et sa vigueur, ses étonnantes relations entre les Cris et les autres Québécois. Un continent qui nous fait vivre l’ensemble de la province, le centre méconnu de notre monde.

Emmanuelle Walter est journaliste indépendante. Elle a travaillé pour Libération, Arrêt sur images, Le Nouvel Observateur, ARTE Radio et Terra Eco. Elle vit à Montréal depuis plusieurs années.