Réponse de François Legault

Publié le 30 novembre 2019, dans Revue de presse Réponse de François Legault

J’ai lu la lettre que Gabriel Nadeau-Dubois m’a adressée. Contrairement à ce qu’il prétend, je suis d’accord avec son constat sur l’urgence de lutter contre les changements climatiques. Je suis d’accord aussi sur l’urgence d’investir dans les trains, les tramways et les véhicules électriques.
Gabriel nous dit que la lutte aux changements climatiques coûtera très cher au gouvernement du Québec. Encore là, je suis d’accord.

Mais Gabriel ignore notre autre grand défi : éliminer notre écart de richesse avec nos voisins. Le Québec reçoit 13 milliards $ de péréquation d’Ottawa, parce que le reste du Canada est 23% plus riche que nous. Créer de la richesse permettra de mieux financer notre lutte aux changements climatiques.

L’autre « oubli » de Gabriel, c’est la stratégie pour convaincre nos voisins d’en faire autant que nous pour réduire les GES. Les changements climatiques n’ont pas de frontières. Nous vivons tous sur la même planète. De là l’importance de s’entendre sur une bourse du carbone commune avec nos voisins. Une idée qu’il rejette. De plus, des actions ici peuvent réduire des GES ailleurs sur la Terre. Une vision globale doit nous habiter.

Le débat se poursuivra et vous me trouverez du côté de ceux qui sont prêts à contrer les changements climatiques, mais aussi du côté de ceux qui souhaitent que le Québec soit plus riche. Bâtissons ensemble un Québec prospère, vert et fier!

Facebook, 30 novembre 2019.

Lisez la publication originale ici.