Si, si: un jour les socialistes ont nationalisé

Publié le 7 mars 2020, dans Revue de presse Si, si: un jour les socialistes ont nationalisé

Dans son ouvrage “Quand la gauche essayait encore”, l’économiste François Morin livre son récit “de l’intérieur” de la bataille des nationalisations de 1981. Il en dresse un bilan sans concession pour en tirer quelques enseignements.

Et si, plutôt que privatiser ADP, on nationalisait la BNP ? L’idée paraît saugrenue et pour cause : les nationalisations de 1981 évoquent le naufrage du Crédit lyonnais et l’effondrement de la sidérurgie française. Mais l’échec fut surtout idéologique : les privatisations massives lancées à partir de 1986 sous Chirac effaceront la trace des nationalisations et impulseront durablement le mouvement inverse.

Réfléchir concrètement à des alternatives au néolibéralisme exige pourtant de revenir sur cet épisode charnière du premier septennat de François Mitterrand. François Morin se trouvait alors au cœur de la machine. Membre du cabinet de Jean Le Garrec, secrétaire d’Etat chargé de « l’extension du secteur public », l’économiste était aux premières loges des vifs débats internes – et confidentiels – qui ont animé les cent trois jours de négociation ayant précédé la loi. Il en livre un récit détaillé dans Quand la gauche essayait encore. Le récit des nationalisations de 1981 et quelques leçons que l’on peut en tirer.

Deux camps s’affrontent alors violemment au sein du gouvernement : d’un côté, la « ligne de la rupture », fidèle à l’ambition du programme commun de « briser la domination du […]

Lisez la suite ici.

Laura Raim, Marianne, 7 mars 2020

Photo: Jacques Demarthon / AF